L’immigré marocain entre le marteau du patriotisme et l’enclume de l’analyse PCR Pourquoi? Comment faire ? Quelle est la raison?

Almaghribia Almostakilla : par  Aicha ABOUHACHEM

Beaucoup de questions confuses, avez-vous une réponse ou un conseil pour moi?
Immigré marocain, qui est-ce? C’est cette personne, issu de la montagne, de la côte, le fils du village et le fils du désert, il a immigré ? Oui, Il a quitté la patrie, laissant sa mère, sa sœur, son fils, sa femme et même la terre de ses pères et grands-pères. Quittant le quartier, et le sentier dans lequel il partage tous les souvenirs de l’enfance et de la jeunesse. Les beaux souvenirs vont disparaitre, ils ne reviendront pas, peut-être sont-ils perdus à jamais, parce qu’il est parti, reviendra-t-il un jour ? vivant? morte? ……

Il a quitté pour de nombreuses et différentes raisons, études, travail, tourisme, mariage, etc… et s’est installé quelque part sur l’un des cinq continents. On le trouve en Inde et en Chine, en Amérique du Nord et du Sud, même dans le glacial Alaska, où il entraine les chiens à louer tirer les gens à travers la neige et la glace. On le trouve en Europe de l’Ouest et de l’Est, sans parler de ses pérégrinations à travers les pays africains.
La vie est difficile à l’étranger, vous devez disposer de plusieurs outils afin de construire votre avenir et celui de votre famille. Qu’en est-il des difficultés que rencontre l’immigré dans le pays d’accueil, dans la plupart des cas il y a un obstacle fondamental qui est l’obstacle de la langue, il lui est difficile de comprendre ce qu’on lui propose, de comprendre les lois, et communiquer ce qu’il veut. En somme, il lui est souvent impossible de communiquer avec les gens, avec l’administration…..
En plus de cela, il y a la différence de culture, de mode de vie, des lois du travail. Et trouvera-t-il du travail facilement ? C’est un étranger qui est souvent sans diplôme ni profession. Il se perd dans ce tourbillon en cherchant une sortie honorable. Il a quitté la patrie, mais la patrie ne l’a jamais quittée un seul instant. Il a un grand souci : il doit vivre et travailler pour s’assurer une vie décente.
??? L’immigré marocain est-il sous le marteau du patriotisme
Oui, oui, il est sus cette pression.
Il a un plus gros souci, il est hanté par cela, Il s’agit de la nouvelle qu’il devra annoncer à la famille, à ses copains, au quartier : j’ai réussi, j’ai réalisé mon rêve, j’ai réalisé notre rêve, je vais bien, j’ai un poste et un travail. Cela me suffit, me comble mais envers vous, j’ai une dette que je paierai mensuellement, j’ai cela sur ma conscience, c’est le signe de mon amour pour ma famille, de mon amour pour mon beau pays.
Et comme on le voit et comme on l’entend, et comme l’a dit le Gouverneur de Bank Al-Maghrib, « D’où vient cette générosité de la part des immigrés marocains? » C’est une question légitime, mais aussi une drôle de question
L’immigré marocain a quitté le pays, mais son amour pour les siens et pour son pays ne l’a pas quitté un instant. Son souci primordial est que sa famille, ses voisins, et donc sa patrie soient vivent la prospérité, peu importe les sacrifices que cela lui coûtera. Il se prive et prive sa petite famille et envoie à ses proches ce qui leur permet de vivre une vie décente. Il contribue ainsi au développement de son pays et à empêche les membres de sa famille de tomber dans le fléau de la mendicité, le vol, la

 

prostitution, le crime, ….
C’est un rôle qu’il ne faut pas sous-estimer : les transferts des MRE ont un impact positif en termes de devises pour la caisse de l’Etat, mais le rôle à mon avis le plus significatif est celui l’élévation du niveau de vie d’une large frange de citoyens.
On notera que pendant les années Covid, les entreprises, les chantiers et les ateliers ont été obligés de fermer ce qui augmenté le nombre de chômeurs. Ça, l’immigré marocain ne l’a pas négligé, mais il a doublé l’effort et le sacrifice en doublant les transferts de fonds vers le pays. L’immigré a ainsi contribué à éviter à des famille le sans-abrisme, le divorce, de quitter l’école, l’aggravation de leurs état de santé, …..
Mais où l’immigré passe-t-il ses vacances ?
L’immigré a des tas et des tas d’opportunités, voici la Turquie avec ses offres attractives à petits prix, l’Espagne, le Canada, le Portugal, la Hongrie, l’Italie, Dubaï, Doha, Bahreïn, la Malaisie, Malte et Zanzibar. Ce sont toutes des destinations très belles et attrayantes qui offrent au touriste des vues époustouflantes et des prix encourageants soit pour une personne et ou pour la famille.
Mais, mais non et mille fois non, l’immigré ne passera ses vacances que dans sa patrie, dans son quartier, dans son village, dans sa ville. Il retourne à ses origines, il a une soif à assouvir auprès de ses proches et de ses voisins. Le voilà assistant à un mariage, la quarantaine de son oncle ou de sa tante, une naissance, ou à une cérémonie de circoncision. Il rend visite à tous les membres de sa famille et les reçoit à son tour chez lui ou chez ses parents. C’est là le plaisir de l’immigré qui surpasse la beauté et le charme de n’importe quel pays dans le monde, c’est l’amour qu’il porte au Royaume Chérifien.

L’immigré a fait des versements à sa famille toute l’année, mais pour voyager lui et sa petite famille !!! il va emprunter pour passer ses vacances et visiter. C’est un sacrifice et quel sacrifice.
C’est lui, l’immigré marocain, fidèle, généreux, portant le drapeau rouge et le slogan de la citoyenneté ‘Allah, Al watane, Al Malik’, Dieu, la patrie, le roi, partout où il va.
L’immigré sous l’enclume de l’analyse PCR
Maintenant que les vacances d’été approchent, et que les cas de la pandémie de Covid ont diminué, si bien que les déplacements au sein de l’Union européenne ne sont soumis à aucune barrière liée à ce virus, qu’il s’agisse d’un passe-sanitaire ou du test PCR. Et ce quel que soit le moyen de voyage, voiture, train, vélo, etc.
On doit noter que beaucoup d’immigrés marocains se sont fait vacciner les trois fois, juste pour pouvoir visiter le Royaume. Mais maintenant qu’il y a eu un changement au niveau de l’UE, l’immigré marocain, après avoir traversé l’Allemagne, la Suisse, l’Italie, la Belgique, France, Portugal et Espagne, se heurte à une étrange demande à la frontière avec le Maroc
La condition pour entrer dans la patrie est une analyse PCR négative, dont le prix est de 50 euros. Voici une frénésie:
Si l’analyse est positive ? Il est nécessaire de retourner dans le pays de résidence après avoir souffert d’un voyage d’une durée de deux jours ou plus
Si les tests sont un mélange de négatifs et de positifs pour les membres de la famille, allons-nous les séparer pour que certains reviennent et d’autres entrent au Maroc?
La valeur du test PCR de 50 euros, l’immigré marocain estime que cette somme d’argent est non négligeable. Elle permettra de subvenir aux besoins d’une famille marocaine en matières premières pendant tout un mois (huile, sucre et farine).
Une autre question se pose :
Si le nombre de membres de la famille (père, mère et enfant) est de 3, soit 150 euros, les résultat peuvent être négatifs ou positifs ou un mixe des deux. Et l’entrée au bled n’est possible pour la famille que si les 3 sont négatifs. Là, l’immigré à l’impression de jouer à un jeu de hasard d’un montant de 150 euros il fait un pari passer/pas passer.
Ces 150 euros qui iront au trésor espagnol ou à une destination dont nous ne connaissons pas la vraie l’intention. Ce montant permet à la famille marocaine de passer une semaine de vacance dans une ville espagnole, profitant du soleil, de la mer, du poisson et de tout ce qu’on peut désirer.
Quel est le perdant ???? Le Maroc, le tourisme marocain, la famille, les proches et les amis sont privés de voir l’immigré qu’ils attendent depuis un an et là depuis 2019. L’immigré marocain, part toujours les mains pleines, des cadeaux pour les proches et les non proches, il partage les joies de son entourage mais aussi leurs peines.
Il a quitté le pays pour construire son avenir dans la diaspora et revenir passer ses vacances dans son pays, mais l’enclume de PCR l’empeche d’entrer.

Le PCR va-t-il obliger l’immigré marocain à changer la destination de ses vacances hors du pays ?
Le PCR sera-t-il une malédiction sur l’avenir de la relation entre l’immigré et sa patrie ?
PCR ouvrira-t-il de nouveaux horizons à l’immigré en tant que destination touristique ?
Le Maroc se rend-il compte du danger d’obliger les immigrés à faire ce test avant d’entrer au pays ?
La patrie répondra-t-elle à l’appel de l’amour que l’immigré porte à son pays
et annulera-t-elle cette analyse ?
Excusez-moi, excusez-moi TEST PCR, soit damné à jamais, PCR je veux embrasser ma mère, je veux voir mes frères, mes amis et mes voisins, ça me manque de boire l’eau de ma ville, d’inhaler l’air de mon pays.
L’immigré, vient, entre, entre commence par Tanger, passe par Meknes –Fes, Ribat-lkheir Anfa, Khenifra Beni Melll, Marrakech Lhamra, Mogador Agadir Angad Laayoune Lagouira Guerguerat.
Rentre te nourrir de l’amour de la patrie, elle nous manque depuis 2019.

PCR, PCR, aie pitié de nous, aie pitié de nos cœurs assoiffés,
Va-t’en, s’il te plaît va-t’en
Lève ta main sur nos frontières, laisse-nous profiter de notre pays permet nous d’embrasser son sol, TEST PCR.

Loading...