Réaction aux propos du ministre algérien des Affaires étrangères lors d’une séance publique du Conseil de Sécurité de l’ONU à New York

Almaghribia Almostakilla : continue

**Maroc, Mohammedia, le 19 avril 2024**

**Déclaration à l’opinion publique nationale et internationale**

**Objet : Réaction aux propos du ministre algérien des Affaires étrangères lors d’une séance publique du Conseil de Sécurité de l’ONU à New York.**

Le Secrétariat général de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme et de la lutte contre la Corruption a attentivement suivi les déclarations du ministre algérien des Affaires étrangères. Lors d’une séance publique du Conseil de Sécurité de l’ONU, le ministre a tenté, de manière fallacieuse et erronée, de corréler les enjeux du Sahara marocain avec ceux de la Palestine.

Cette démarche illustre clairement la volonté du régime algérien de mobiliser toutes ses ressources pour soutenir les revendications d’une entité séparatiste fictive. Cette entité, soutenue par les services de renseignement algériens, a marqué de son empreinte une période sombre, caractérisée par des violations des droits fondamentaux dans les camps de Tindouf et par des atteintes aux conventions internationales relatives aux droits humains.

Pour rappel, le Maroc a réintégré de manière irrévocable son territoire du Sahara en 1975. L’instigation de conflits régionaux par le régime militaire algérien, par le biais de la création et du soutien à des mouvements séparatistes, risque d’accroître le terrorisme et de compromettre la sécurité régionale.

**Signé par Nabil Ouazzae, Secrétaire général de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme et de la lutte contre la Corruption.**

Loading...